Joshua ou la mer des histoires en chansons…

Spectacle Joshua ou la mer des histoires en chansons.

La vie est courte mais sa route est longue. Combien de sillages nous guident vers notre monde intérieur, le vrai, le seul pour lequel nous nous devons d’exister. A la rencontre de Bernard Moitessier, Michel Jaouen, Roland Jourdain et tous les grands qui ont parcouru les mers, tracé nos rêves, deux auteurs se rejoignent pour chanter et conter cet album magnifique «Joshua ou la mer des histoires», écrit par Delphine Ratel et si joliment illustré par Virginie Grosos.

Luc Padilla, auteur compositeur à la voix chaude et aux paroles amicales et Cendrine Barrois-Gautier à l’écriture chantante. Tous deux allient un monde de douceur et de vérité, en alternance avec les brutalités de ses parenthèses. La vie, la mer, Cendrine joue les parallèles en écrivant  LES PARENTHESES DE BAHIA, un roman qui nait au cœur du Golfe du Morbihan, ryhtmé par un grand marin buriné.

Luc chante son amour pour la mer en fleurtant avec le rêve induit par ces marins tourdumondistes.

Leur association est une amitié qui dure depuis le second Vendee Globe Challenge.

Il était enseignant, elle était femme de marin. Sa classe avait choisi de suivre le navigateur Alain Gautier, Cendrine d’allier sa vie à ce même homme. Au travers de ce second Vendée Globe Challenge, ils partagent aventure, rêves et passions.

Aujourd’hui, 26 ans plus tard, ils écrivent ce spectacle pour petits et grands et pour continuer à véhiculer le rêve, l’aventure et le chemin intérieur, celui que chacun mérite.

Du Golfe du Morbihan aux Sables d’Olonne, en s’offrant d’autres détours, l’histoire de la voile véhicule le rêve et le voyage. Les mémoires veillent sur ces routes maritimes entreprises par les marins d’exception.

 

On en fait quoi ?…
Luc Padilla

On en fait quoi ?
On en fait quoi ?

On va tout droit dans le mur !
Entends-tu ce murmure ?
C’est la planète qui chuchote à ton oreille :
« Il est encore temps, je t’attends depuis longtemps,
viens on va de l’avant !… »

Relève la tête !
Regarde plus haut !
Il est tout jaune et sourit sur les dessins des enfants.
Il réchauffe, permet la vie pour nous ici, depuis si longtemps qu’il nous attend
il est bien vivant !…
Son énergie à présent…

On en fait quoi ?
On en fait quoi ?…

 

Aimer donner.
Luc Padilla

Aimer Donner Recevoir Accueillir

Aimer Te donner Te recevoir T’accueillir

Aimer Se donner Se recevoir S’accueillir

Aimer Tout donner Tout recevoir Tout accueillir

Aimer Simplement Aimer Tout simplement

Sur la mer, l’immense mer,
ils vont partir des Sables
Sans escales, sans assistance,
ils vont partir tout seul.

Aimer Donner Recevoir Accueillir

Aimer Te donner Te recevoir T’accueillir

Aimer Se donner Se recevoir S’accueillir

Aimer Tout donner Tout recevoir Tout accueillir

Aimer Simplement Aimer Tout simplement

 

La chanson du Vendée.
Luc Padilla

Des Sables ils vont partir,
Aux Sables ils vont revenir.
Partir vivre leurs rêves,
Voir le jour qui se lève.

Nous on embarque aussi,
Le Vendée c’est ici.
Et si on leur chantait,
On s’mettrait en chantier.

Des Sables ils sont partis,
Aux Sables ils vont revenir.
Partis vivre leurs rêves,
Voir le jour qui se lève.

Des Sables ils sont partis,
Aux Sables ils sont revenus.
Ils ont vécu leurs rêves,
Vu le jour qui se lève.

 

Il était une fois un petit poisson.

Il était une fois,
Un petit poisson
Qui aimait une étoile.

Il aurait voulu être oiseau
Pour voir la demoiselle
Qui brillait chaque soir.
Mais voici qu’une nuit,
La petite étoile eu soif.

Elle fit un long voyage
Et plongea tout droit
Dans la mer pour boire.

Et elle devint une étoile de mer.

Quelle joie pour le petit poisson !

 

Embarquer avec toi
Luc Padilla

Pour passer l’océan dans nos vies endormies
Tu invites le vent, le souffle de l’esprit.
Pour réveiller ensemble le souffle de la vie
Tu nous laisses le temps d’accueillir un ami.

Embarquer…
Embarquer…

Pour aller de l’avant au devant des vivants
Tu invites le vent, le souffle du levant.
Quand le soleil se lève que l’horizon s’éclaire
Tu nous laisses le temps de prendre nos repères.

Pour chanter sur le pont sur le gaillard’avant
Un air d’accordéon pour danser comme avant.
Des chansons à virer à hisser haut la toile
Quand l’océan scintille de nos milliers d’étoiles.

Embarquer…
Embarquer…

Embarquer avec toi, mettre le cap au large.
Embarquer avec toi dans ton équipage.

Embarquer…
Embarquer…

 

Et si tu l’dis...
Luc Padilla

Avec tous nos amis et nos copains même de très loin
On a plein de projets et des idées pour décider.

Et si tu l’dis…, ça l’fait.
Et si tu l’dis…, ça l’fait.   

Quand à la télé on voit la haine gagner l’terrain
On aimerait trouver des gestes pour y mettre fin.

On a participé dans le quartier à un chantier
Nous on a fait une course pour réclamer un monde en paix.

Ici on peut parler des idées qu’on veut faire germer
Nous on est motivé ensemble on va y arriver.

A la maison parfois c’est difficile de se comprendre
Apprendre à se parler c’est un chemin de liberté.

A l’école on voudrait se rencontrer pour en parler
Enfin choisir ensemble des chemins pour se respecter.

J’ai un truc à te dire car tu sais si bien m’écouter
Mes rêves pour demain ils auront besoin de tes mains.

 

Allume ta petite lumière.
Luc Padilla

Allume ta petite lumière
Offre ta vie à l’univers.

Réveille donc ta p’tite chanson
Pour éclairer ton horizon.

Allume, rallume, l’éclat de tes yeux
Éveille, réveille ces poussières d’étoiles.

Les yeux ouverts tu as choisi
De vivre aujourd’hui et merci

Merci pour ta vie aujourd’hui
Et ton sourire quand il dit oui.

Allume, rallume, l’éclat de tes yeux
Éveille, réveille ces poussières d’étoiles.

 

Sur mon bateau à voile.

Sur mon bateau à voile,
J’ai visité la Terre,
Et naviguant sous les étoiles,
Traversé mille mers.

J’ai vu des villes immenses,
De vieux villages oubliés,
Puis je suis revenu dans ma famille,
Avec des souvenirs gravés à jamais.

 

Joshua.
Luc Padilla
écrit à La Rochelle le 16 octobre 2010.

Joshua tu es là et la vie reprend ses droits
A ton bord simplement la joie de vivre est un choix.

J O S H U A, Joshua tu es là
J O S H U A, Joshua tu es là.

Conçu par un amoureux de la mer en liberté
Ton sillage sans vague à l’âme trace des chemins d’amitié.
Bien vivant grâce aux amis du musée de La Rochelle
Tu nous rappelles la devise « La Rochelle belle et rebelle ».

Et au fond de ton bassin tu ne restes pas souvent
Car 130 jours par an tu partages nos rêves d’enfants.
De fêtes en bordées d’un jour tu sais le sens de l’accueil
Tamata est bien en toi, Bernard nous fait un clin d’œil.

Ta coque rouge a du coeur et ta cambuse a du rouge,
Du blanc et d’autres breuvages qui font chanter davantage.
Chants de mer de liberté, d’humanité partagée
Des chants que toi Joshua tu fais vibrer de ta voix.

A ton bord et sur ton pont face à ceux venus pour toi
Qu’il est bon de se sentir frères d’une mer en devenir.
Hier comme aujourd’hui et demain sûrement aussi
Joshua tu nous diras « l’important c’est le chemin ».

Merci Bernard pour ce cadeau d’une vie passée à cheminer
A inventer et nous donner des clés pour vivre simplement.
Tout simplement des clés pour vivre, pour ressentir et puis donner
Une chance à notre humanité de vivre la fraternité.

Et toi tu en es témoin le rêve de Bernard est vivant
Car à ton bord qu’est ce qu’on est bien, bon vent à toi, toi Joshua.
Joshua tu es là et la vie reprend ses droits
A ton bord simplement la joie de vivre est en toi.

 

Goutte d’eau dans l’océan.
Luc Padilla

J’ai aperçu des étoiles dans le fond de tes yeux
Toi qui hisses la toile vas à fond vers l’île d’Yeu.
Quand tu parles de voile de tes bonds vers les cieux
Sur ton bateau à voile tu te fonds au milieu.   

Ce milieu d’où on vient il t’a pris par la main
Maintenant il est tien tu es dev’nu marin
Car le large fait du bien il invente des refrains.
On se sent aérien si petits dans ses mains.

Goutte d’eau dans l’océan, l’océan et la mer
Eau de vie quand le soleil, le soleil te libère
Eau de pluie qui arrose notre terre
Eau de source trésor, trésor qui désaltère.   

Et toi qui le connais tu sais l’humilité
Il faut pas déconner sur la mer agitée.
On a vu des thoniers loin des abris côtiers
Qui s’en sont retournés sur la mer démontée.

De Lampol une fleur t’a laissé un message
L’océan a du cœur, nourrit l’homme d’age en age
Mais il a mal au cœur des déchets plein les plages.
L’homme sera-t-il d’humeur, deviendra-t-il plus sage?

Refrain

Oh mer toi notre mère de toi on peut être fier.
En toi naquit la vie des siècles en arrière.
Alors de nos rivières l’eau qui coule de nos terres
Deviendra-t-elle plus claire, de nous sera-t-on fier?

Refrain

 

Devenir grand.
Texte de Justine

Pour la première fois j’y suis
J’y suis pour avoir la clé
La clé pour passer le cap
Le cap pour devenir grand
Etre grand c’est être fier
Ça y est je l’ai fait

Je suis devenu grand (bis)

 

Le large nous appelle.
Luc Padilla

Le large nous appelle   Matelot.   
Viens la mer est belle    Hissez haut!    (Bis)

Prends une flûte un tambourin et ton accordéon
Ta vareuse, une paire de bottes et ton ami Léon.
Dans l’annexe t’as embarqué, attention au ressac.
Sois l’bienvenu à notre bord, tu peux vider ton sac.

Ici c’est la mer qui décide, le capitaine aussi
A la surface tu vois ces rides, c’est du beau temps ici.
Paré pour appareiller et hisser haut les voiles.
Si t’es paré on va larguer, viens donc régler la toile.

A l’horizon un goéland s’élève vers le ciel
D’autres le suivent dans son élan près du bateau d’Michel.
Michel il pêche à la turlute sur son bateau tout blanc.
Les seiches sont là il en est sûr l’a vu les goélands.

Nous à la traîne on s’y connaît la planche s’est enfoncée.
Remonte la ligne vite sans à coups les maquereaux sont coincés.
Ce soir tu pourras prendre ton quart, et Cap au deux cent dix.
J’srai avec toi y a pas d’lézard la nuit c’est mieux qu’Venise.

On se réchauffe d’un bon café, on trinque à l’amitié.
Regarde devant ils sont en pêche, vaudrait p’t’être mieux virer.
La nuit fut belle et étoilée mais qu’est ce qu’on s’est gelé.
Juste avant l’aube l’vent s’est levé, on a dû affaler.

Et v’là qu’la mer nous offre une gigue sur sa piste on navigue.
Faudrait p’t’être bien changer d’musique j’ai l’estomac critique.
J’vais finir par appâter l’poisson j’suis vert comme mon caleçon.
Le capitaine lui sans façon me crit « C’est rien garçon ! »

Ca y est la tempête est passée, moi j’suis estomaqué.
Tout le pont ils ont briqué, la mer m’a décalqué.
Le vent lui est enfin tombé mais la houle est restée.
Là où je suis j’suis rétamé, on trinque à ma santé.

Et je prends le verre qu’on me tend, le lève à l’amitié.
Je vois l’équipage qui m’attend, Bon vent et pas d’quartier.
Pas d’quartier à toi matelot on va te hisser haut
Et tous de bâbord à tribord, ensemble on est plus fort.

 

Hissons la grand-voile.
Luc Padilla

Hissons la grand-voile
Cap sur cette étoile
Hissons haut la toile
On a besoin de toi.   

Vide ton sac à bord
Prend place à notre bord
Trinquons à l’amitié
L’aventure en chantier.

Paré à larguer
A ton poste aux aguets
Tu savoures en secret
Un brin de liberté.

L’équipage te rassure
T’aide à prendre la mesure
Tu conjugues au futur
Le goût de l’aventure.

L’équipage est soudé
Le capitaine discret
Son regard de confiance
Te devance en silence.

La manœuvre est parée
L’écoute est libérée
A reprendre sur l’autre bord
Ensemble on est plus fort.

 


Le goéland.
Jean-Claude Gianadda

Chante, m’enchante
La chanson que fredonne le vent ;
Vole, s’envole,
Reviendras-tu, goéland ?

– Où vas-tu, goéland, les ailes déployées, la blancheur étincelle ?
De tes pattes palmées tu viens frôler la vague et même l’arc-en-ciel ;
Le vol pur et cambré tout droit vers le soleil :
Emmène-moi là-haut au-dessus des bateaux dans ton ciel !

– Apprends-moi les moyens de quitter le rivage et d’aller vers plus loin,
Jusqu’au bout du possible, atteindre les nuées vers d’autres lendemains,
S’élever davantage, inventer mon destin
Pour découvrir ainsi des raisons d’espérer en demain.

– Dis-moi comment fais-tu pour effacer en toi la colère et la peur ;
La perfection, dis-tu, n’a jamais de limite, il faut rester veilleur ;
De l’effort au succès, du succès au bonheur ;
Tu dis que ton secret sommeille au fond de nous dans nos cœurs.

 

Salut, c’est Joshua !
Luc Padilla

De port en port je vais je viens
Et naviguer me va si bien
Si tu me croises à La Rochelle
Viens à mon bord la vie est belle.

Alors ensemble on voguera A la rencontre du père Fourras
Qui dans sa tour à Fort Boyard Nous mijotera des épinards.

De ronds dans l’eau à Oléron On pourra peut’être passer sous l’pont
A en faire pâlir la mâture Passe-moi plutôt la confiture.

On vire de bord, cap sur l’île d’Aix On en fait l’tour et sans complexe
On laissera Madame à tribord Pour aller retrouver Rochefort.

L’Hermione s’y fait belle à croquer En mer il faudra s’appliquer
Car la belle est plus compliquée Que mon gréement et mes taquets.

La Charente si belle est maritime Et tout son patrimoine s’affirme
Ma coque rouge en est témoin Et mon clin d’œil se voit de loin.

Et de Royan à l’île de Ré On en fait de sacrées bordées
On passe au large par les Baleines Tiens passe-moi donc un BN !

Dis, on retourne à La Rochelle Car sa devise Belle et rebelle
Au pied d’ses tours à moi me va Salut à tous, c’est Joshua.

 

109
Luc Padilla
écrit pour le bateau Initiatives cœur

109, c’est pas qu’un numéro sur le pont d’un bateau,
C’est bien plus grand que ça,
C’est du sang neuf pour toi…

Et toi, et toi, étoiles dans nos yeux
Et toi, et toi, de vos regards joyeux.

109, sur ton bateau Sam ça fait 101 plus huit,
Plus huit, et huit encore,
Des clics mieux que de l’or…

Refrain

109, au tempo de nos vies, de nos initiatives,
Pour que nos projets vivent,
De nos cœurs qui s’activent…

Refrain

109, et du vent dans tes voiles, profite des étoiles,
L’océan a du cœur,
Et tu fais son bonheur…

Refrain

109, c’est pas qu’un numéro sur le pont d’un bateau,
C’est bien plus grand que ça,
C’est du sang neuf pour toi…

Refrain

 

A toi mon ami.
Luc Padilla

A toi mon ami
Te dire qu’aujourd’hui
A besoin de toi
Pour marcher plus droit.

A toi mon ami
Te dire aujourd’hui
Que je crois en toi
Pour ouvrir ta voie.

A toi mon ami
Tu sais qu’aujourd’hui
Ici et là-bas
On compte sur toi.

A toi mon ami,
Chemin d’aujourd’hui
De tes pas à pas
Le bonheur est là.